Explorations dans la chaîne Trans Alaï en Asie Centrale

Au profit intégral de l'Association Rêves 

Cliquer : Ciné-conférence Samedi 29 janvier 2022 - Salle Victor Hugo, Lyon

 

 

Expédition Argentine 2022 : ascension du pic Pilote par une nouvelle voie "Patrick et Elisabeth




Expédition chaîne TRANS ALAÏ


Informations générales sur ma prochaine expédition haute montagne, dont le départ est prévu le 24 août 2014 (vol annulé, départ le 23 aout), au sein d'une vallée rarement visitée de la chaîne TRANS ALAÏ du massif du PAMIR, au KIRGHIZSTAN, ou Kirghizistan ou Kirghizie ou République kirghize.

La chaîne Trans-Alaï (Zaalaïski) est un massif montagneux du Pamir. Partagée entre le Tadjikistan, le Kirghizstan et la République populaire de Chine (voir carte en bas de page), cette chaîne culmine au pic Lénine (7134 mètres, aujourd'hui rebaptisé pic Abu Ali Ibn Sina), une montagne qui, quant à elle, est très fréquentée. J'avais atteint son sommet en 1994, sous des conditions météo dont je me rappelle qu'elles avaient été difficiles.

Pour résumer très succintement en quelques mots le Kirguizstan, nous dirons que c'est un pays quasi-entièrement montagneux, qui a été créé par Staline entre 1924 et 1929, à la même période que les républiques du Tadjikistan, de l'Ouzbekistan, du Kazakhstan, et du Turkménistan, ces pays formant auparavant une région d'Asie centrale appelée le Turkestan oriental. Et il faudra attendre 1991 pour que cette ancienne république de l'URSS retrouve son indépendance. Le pays est peuplé majoritairement de Kirguizes, un peuple d'origine nomade qui a su préserver ses traditions, de religion sunnite, marquée par l'influence du chamanisme, et qui parle le Kirghize, proche de la langue turque. 

La partie du Trans Alaï, qui est située au Kirghizstan, à l'ouest du Pic Lénine jusqu'à la frontière chinoise, est peu explorée, voire pas du tout pour certaines parties, selon le "Guide de l'alpinisme au Kirghizstan" de Vladimir Komissarov, et aussi des contacts que j'ai pu avoir.

Au sein de cette partie ouest du Trans Alaï, notre choix s'est porté sur une vallée, appelée Kichkesuu, orientée nord-sud, située à la frontière avec le Tadjikistan, et qui a été très peu explorée, si je me réfère aux sources d'informations (peu nombreuses).

Le choix de la personne avec qui on part en expedition est majeur, notamment pour se rendre dans une region peu exploree, et tenter un sommet vierge. Depuis plusieurs annees, je pars avec des personnes du pays ou de la regions visitee. Au cours de ces derniers mois, j'ai ainsi eu divers contacts au Kirguizstan et en Russie, alpinistes guides ou non. Je partirai finalement avec Nikolai, un excellent alpiniste et aussi guide russe de 56 ans. Nous prévoyons de nous retrouver à Osh, ou Och, ville principale de la vallée de la Ferghana, surnommée "capitale du sud", et située à la frontière avec l'Ouzbekistan, à 300 km au Sud de Bichkek, la capitale kirghize.

A Och, notre équipe franco-russe empruntera un véhicule tout terrain pour rejoindre, au Sud, le point de départ de la marche pour le camp de base. D'Och, nous descendrons donc vers le Sud, jusqu'au village de Bor Doba à environ 210 km. Puis de Bor Doba, nous nous engagerons plein Est dans la vallée de l'Alaï, en direction de la rivière Kichkesuu, jusqu'à ce que le véhicule ne puisse plus se mouvoir. Ensuite, nous nous déplacerons à pied au sein de cette gigantesque vallée de l'Alaï, orientée Est-Ouest, qui est bordée au nord par les monts Alaï, et au sud par le chaîne du Trans Alaï. Nous espérons rencontrer des nomades qui accepteront de transporter, sur leurs chevaux d'origine ancestrale, nos sacs jusqu'au camp de base, ce qui nous simplifierait grandement la tâche. Ce sera aussi l'occasion de rencontrer des nomades kirguizes, un des plus anciens peuples cavaliers au monde, dont le cheval est au coeur de la culture et de la vie, comme le décrit Tchinguiz Aïmatov (1928-2008), écrivain de renom d'origine Kirghize, dans son roman Adieu Goulsary.

Nous prévoyons d'implanter notre camp de base à l'entrée de la vallée Kichkesuu que nous avons choisie pour notre expédition. L'entrée de la vallée est située à son Sud ; à son Nord, la vallée se ferme sur une ligne de crête qui fait frontière avec le Tadjikistan. Et depuis ce camp de base, nous avons comme objectif (s) de tenter les ascensions d'une, voire deux montagnes. Si possible, un (des) sommet(s) vierges ou un (des) nouveau(x) itinéraire(s) ..., tout dépendra des conditions dans les montagnes.

Déroulement général :

- 25 aout 3h55 du matin (vol annulé, départ le 23, arrivée 24 aout) : arrivée Och

- 26 aout : déplacement en véhicule puis marche, jusqu'au camp de base

- a/c 27 aout : ascension(s), via, a priori, des camps d'altitude.

 

Bibliographie

Pour préparer cette expédition, je me suis référé, entre autre, aux sources suivantes :

- "Guide de l'alpinisme au Kirghizstan" de Vladimir Komissarov, traduit de l'Anglais par Henri Lévêque.

https://issuu.com/henrileveque/docs/guide-de-l_alpinisme-au_kirghizstan

- Journal d'une expédition britannique de 2004 dans la chaîne Zaalaïski. 

http://aac-publications.s3.amazonaws.com/aaj-12200533300-1417441634.pdf

- Images de JonnLantz, membre d'une expédition suédoise qui a été en 2012 dans cette vallée (avant d'aller au Pic Lénine).

- American Alpine Journal.

- Camptocamp.

- Contacts (par courriel et téléphone) que j'ai pu avoir au Kirghizstan.

- Google Earth.

- Cartes ex-soviétiques (sur serveur).

Et aussi :

- "Adieu Goulsary" de Tchinguiz Aïmatov (1928-2008), écrivain d'origine Kirghize. 

Henry Bizot