Explorations dans la chaîne Trans Alaï en Asie Centrale

Au profit intégral de l'Association Rêves 

Cliquer : Ciné-conférence Samedi 29 janvier 2022 - Salle Victor Hugo, Lyon

Suivez-nous sur Facebook




OCH - 30 août


Ce matin, je suis parti à 7h30 à pied, direction le Bazar d'Och. J'ai traversé la rivière Ak Buura, pour la longer à son est en direction le sud-est durant une heure. Agréable traversée du parc Toktogul dans la fraicheur du matin, un parc qui venait d'être nettoyé au jet d'eau. Hier j'ai eu la surprise d'y découvrir une copie, d'un dizaine de mètres de hauteur, de la Tour Eiffel.

Une animation bien orientale règne de bon matin dans le bazar, à cette heure les commerçants s'attaquent à une méticuleuse mise en place de leurs marchandises. Le bazar d'Och est le plus grand du Kirghizstan, et il tient sa place parmi les plus renommés d'Asie Centrale, tels ceux de Samarcande et de Kashgar que j'avais eu l'occasion de visiter. On trouve de tout dans ce bazar, chaque secteur vend un type de marchandises. Les allées sont couvertes de baches qui protegènt du soleil. Chaque commerçant dispose d'un espace relativement restreint pour son stand. Les marchandises sont apportées dans des chariots aux cris de "Osh" "Osh", et aussi dans des petites camionnettes. Des petits restaurants ou "tchaïkhanas" permettent de prendre une colation à moindre coût. On peut marcher ainsi des heures parmi des stands de tous types, épices, fruits frais, fruits secs, légumes, épices, vêtements, quincaillerie, textiles... parmi les senteurs d'épices, de légumes, de fruits, et aussi de viandes...  

J'ai pu prendre pas mal de vidéos; la plupart des commerçants, hommes et femmes acceptaient d'être filmés; en revanche les bouchers l'interdisaient de manière assez ferme. La France semble avoir une très bonne réputation dans ce pays, et ils apprécient que je leur réponde "Kirghizstan very good" ou "ochen orocho"... Un couple m'a montré fièrement une vidéo de Paris, de la Tour Effeil où ils sont allés récemment; j'ai pu filmer cette scène.

Les commerçants sont des Ouzbèques ou des Kirghizes. Le marchandage semble être un usage, comme j'ai pu le constater en achetant une chemise.  

Précision : les 3 premières images sont des captures d'écran, sur mon PC, de vidéos que j'ai prises ce matin. Elles n'ont, de ce fait, pas la qualité de photos.

Puis, l'après midi, j'ai parcouru la ville, plus précisément son centre. La ville s'étend du sud-est au nord-ouest sur une dizaine de kilomètres, de part et d'autre de la rivière Ak Bakuu.

Même si Och est la 2e ville du pays, avec ses 282 000 habitants, elle reste une ville de province, animée et relativement bien entretenue. Très verdoyante, les parcs et les arbres le long des rues offrent ombrage et fraicheur aux habitants. Les canalisations d'eau, de part et d'autres des allées et des rues procurent un surcroît de fraîcheur, ce qui est la bienvenue dans une ville soumise à de fortes chaleurs estivales. Les maisons ont un ou deux étages ; elles sont souvent protégées par des murs qui interdit toute vue sur l'intérieur, et une porte en fer donne généralement accès à une cour.

Dans le centre ville, des statues et monuments rappellent l'histoire de la ville et de ses habitants. Notamment les origines turco-mongoles de la région, et aussi la période où le pays était une république de l'URSS - la gigantesque statue de Lénine devant la Mairie de la ville, et le monument, situé dans le parc Toktogul, dédié aux morts de la guerre menée par les soviétiques en Afghanistan de 1789 à 1989.

En parcourant cette ville orientale très animée, on croise des Kirghizes, de tous âges, coiffés de leur traditionnel kalpak, des Ouzbèques le crâne couvert de leur calotte, des femmes habillées de longues robes qui descendent jusqu'aux pieds et la tête couverte d'un long foulard, des jeunes en casquette... tout un brassage de populations, notamment des Kirghizes et des Ouzbèques, les deux ethnies majoritaires à Och, qui cohabitent non sans difficultés. Néanmoins, la ville n'a pas connu d'affrontements, entre Kirghizes et Ouzbèques, depuis les terribles évènements de 2010 (lire page précédente, cliquer Och - 29 août ). La population parait très jeune, on croise beaucoup de jeunes et d'enfants. Ce qui en doit représenter un défi pour le pays, en terme de scolarité, et par la suite de travail et de chomage...

Dans cette ville majoritairement musulmane sunnite, qui pratique un Islam modéré, une église orthodoxe se dresse dans un joli petit parc ombragé du centre ville. Les soviétiques avaient tenté d'éradiquer l'Islam du pays, mais dès l'indépendance, il était réapparu.

Une population qui paraît accueillante, la plupart des personnes, quelque soit l'âge, saleunt poliment et avec le sourire, parfois en faisant le geste de mettre la main sur le coeur.

En termes de gastronomie, depuis mon arrivée, j'ai pris à chaque repas un plat local simple, composé de raviolis à la viande et aux oignons servis dans un bouillon, suivi d'une banane achetée chez un vendeur dans la rue, et un café (20 Soms, sachant qu'1 euro = 77 Soms environ, on est loin du 1euro50). Aujourd'hui je prends un café dans une "tchaïkhanas", une salon de thé qui fait aussi restaurant. Les gens sont assis sur des sortes d'estrades en bois surélévées, sur laquelle sont posées des tables basses. Ils sont assis sur des coussins, en tailleur, ou les jambes allongées, ce qui ne me paraît pas une position très confortable. 

Précision : les 4 premières images sont des captures d'écran, sur mon PC, de vidéos que j'ai prises cette après-midi.


 



Suivez-nous sur FaceBook